Les Nanoparticules pourraient être sources de maladie cardiaque

Une nouvelle étude explique pour la première fois comment les nanoparticules comme celles contenues dans les gaz d’échappement des moteurs diesel provoquent des maladies cardiaques en se logant dans des vaisseaux sanguins enflammés. L’étude, publiée sous la forme d’une ordonnance du gouvernement britannique devant la Haute Cour pour justifier son refus de publier des plans visant à lutter contre la pollution atmosphérique illégale qui touche 38 millions de personnes, suscite également des craintes plus larges au sujet des « nanoparticules artificielles » dans l’environnement.

Il ne fait aucun doute que la pollution de l’air est mortelle, et cette étude nous rapproche un peu plus de la résolution du mystère de la façon dont la pollution de l’air nuit à notre santé cardiovasculaire. Le gouvernement doit prendre des mesures audacieuses pour protéger la population.

Les nanoparticules inhalées – comme celles qui sont émises par les gaz d’échappement des véhicules, en particulier des véhicules diesel – peuvent se propager dans les poumons et dans le sang, ce qui augmente les risques de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Les résultats, publiés dans la revue ACS Nano, basés sur des recherches cofinancées par la British Heart Foundation, s’appuient sur des études antérieures qui ont révélé que de minuscules particules dans la pollution atmosphérique sont associées à un risque accru de maladies cardiovasculaires, bien que la cause demeure non prouvée.

Cependant, cette recherche montre pour la première fois que les nanoparticules inhalées peuvent avoir accès au sang chez les personnes en bonne santé et les personnes à risque d’accident vasculaire cérébral. Plus inquiétant encore, ces nanoparticules ont tendance à s’accumuler dans les vaisseaux sanguins malades où elles pourraient aggraver les maladies coronariennes – la cause d’une crise cardiaque, affirment les auteurs:

« La translocation des nanoparticules inhalées dans la circulation systémique et l’accumulation à des sites d’inflammation vasculaire fournit un mécanisme direct qui peut expliquer le lien entre les nanoparticules environnementales et les maladies cardiovasculaires« , écrivent-ils.

Le Dr Mark Miller, chercheur scientifique principal à l’Université d’Édimbourg qui a dirigé l’étude, a déclaré: « Il est frappant de constater que les particules dans l’air que nous respirons peuvent pénétrer dans notre sang et être transportées vers différents organes du corps. Cependant, si des particules réactives comme celles de la pollution atmosphérique atteignent les zones sensibles du corps, même ce petit nombre de particules peut avoir de graves conséquences. »

Entre-temps, le gouvernement retarde la publication du plan de lutte contre la pollution atmosphérique

La nouvelle du lien entre la pollution atmosphérique et les maladies cardiaques a été rendue publique, tout comme le gouvernement britannique a reçu l’ordre de retourner devant la Haute Cour de Londres pour expliquer son refus de publier sa stratégie de lutte contre la pollution atmosphérique, longtemps attendue. La coïncidence ne peut qu’être embarrassante pour les ministres.

Suite à une action en justice intentée par des avocats de l’environnement à but non lucratif, ClientEarth, le tribunal a ordonné au gouvernement de publier le document. Mais – après la fermeture du tribunal, et moins d’un jour ouvrable avant la date limite imposée par le juge – les avocats du gouvernement ont demandé le report de la publication en invoquant les « règles de propriété préélectorale ».

Étonnamment, les ministres ont affirmé qu’il serait injuste pour les partis d’opposition de dévoiler maintenant leurs plans, et que la publication des déclarations doit donc être retardée jusqu’après les élections générales. Les juges avaient rejeté les plans initiaux parce qu’ils estimaient qu’ils étaient si médiocres et inefficaces qu’ils étaient illégaux

James Thornton, PDG de ClientEarth, a déclaré:  « Nous préparons notre réponse à la demande du gouvernement. Il s’agit d’une question de santé publique et non pas d’une question politique. Une action urgente est nécessaire pour protéger la santé des gens de l’air illégal et toxique que nous sommes forcés de respirer au Royaume-Uni. C’est au tribunal de décider une fois que le gouvernement a fait valoir ses arguments parce que c’est le gouvernement qui ne s’est pas réuni, et il cherche plutôt à repousser l’échéance du plan sur la qualité de l’air, pour assainir notre air. »

Pourquoi cette réticence à publier?

Le gouvernement ne respecte pas actuellement ses propres lois sur la pollution, qui confèrent à la directive européenne sur la qualité de l’air un caractère efficace. Au total, 37 des 43 régions du Royaume-Uni ne respectent pas les limites légales pour le dioxyde d’azote.

Il a été suggéré que la véritable raison du refus de publier ses nouveaux plans est qu’ils peuvent avoir une forte incidence sur les propriétaires des voitures diesel qui sont responsables d’une grande partie du problème dans les zones urbaines fortement polluées – par exemple en limitant l’accès des voitures diesel aux zones urbaines ou en forçant la mise à la ferraille anticipée des véhicules. Cela pourrait coûter des votes du gouvernement.

Une autre crainte pourrait être le coût énorme ou un programme de mise à la ferraille précoce pour les contribuables. Par exemple, payer 1 000 £ par voiture pour dédommager les propriétaires de voitures diesel pour la mise au rebut d’un million de voitures coûterait un milliard de livres sterling. Un plan plus ambitieux visant à mettre au rebut 5 millions de véhicules avec un paiement de 2 000 £ coûterait 10 milliards de £.

Ou encore, les plans peuvent être si faibles qu’ils ne sont guère plus efficaces que les derniers – ce qui démontre le manque d’intérêt du gouvernement pour la mort prématurée de dizaines de milliers de personnes chaque année -, ce qui coûte encore une fois des votes aux élections générales.

Les chiffres obtenus par le Parti travailliste la semaine dernière montrent que plus de 38 millions de personnes, soit près de 60% de la population britannique, vivaient dans des zones où les concentrations de dioxyde d’azote étaient supérieures aux limites légales. Les enfants sont particulièrement vulnérables parce que l’exposition au polluant limite la croissance des poumons, ce qui cause des problèmes de santé à long terme.

Comment la pollution atteint le cœur et les vaisseaux sanguins

Partout dans le monde, la pollution atmosphérique est responsable de millions de décès chaque année à la suite d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral. Mais la façon dont les particules inhalées dans les poumons peuvent affecter les vaisseaux sanguins et le cœur est resté un mystère.

Il n’est pas possible actuellement de mesurer les nanoparticules environnementales dans le sang. Ainsi, des chercheurs de l’Université d’Édimbourg et de l’Institut national de la santé publique et de l’environnement des Pays-Bas ont utilisé diverses techniques spécialisées pour suivre le sort des nanoparticules d’or inoffensives inhalées par des volontaires.

Ils ont pu démontrer que ces nanoparticules peuvent migrer des poumons vers la circulation sanguine dans les 24 heures suivant l’exposition et qu’elles sont encore détectables dans le sang trois mois plus tard.

En examinant les plaques enlevées chirurgicalement chez les personnes à risque élevé d’AVC, ils ont également pu constater que les nanoparticules de pollution accumulées dans les plaques graisseuses qui se développent à l’intérieur des vaisseaux sanguins et causent des crises cardiaques et des AVC.

Le Dr Nicholas Mills, professeur de cardiologie et co-auteur de l’ouvrage, a déclaré: « Nous avons toujours soupçonné que les nanoparticules dans l’air que nous respirons pouvaient s’échapper des poumons et pénétrer dans le corps, mais jusqu’ à présent, il n’ y avait aucune preuve. Ces résultats revêtent une grande importance pour la santé humaine, et nous devons maintenant concentrer notre attention sur la réduction des émissions et de l’exposition aux nanoparticules en suspension dans l’air. »

Le gouvernement doit prendre des mesures audacieuses

Les maladies cardiovasculaires – dont les principales formes sont les maladies coronariennes et les accidents vasculaires cérébraux – sont responsables de 80 % des décès prématurés dus à la pollution de l’air. Les résultats actuels s’ajoutent à un grand nombre de preuves que les particules inhalées peuvent endommager notre cœur et nos vaisseaux sanguins de bien des façons.

Le professeur Jeremy Pearson, directeur médical associé de la British Heart Foundation, qui a financé en partie l’étude, a déclaré: « Il ne fait aucun doute que la pollution atmosphérique est mortelle, et cette étude nous rapproche un peu plus de la résolution du mystère de la façon dont la pollution atmosphérique nuit à notre santé cardiovasculaire. Il faut poursuivre la recherche pour déterminer le mécanisme et consolider les données probantes, mais ces résultats soulignent que nous devons faire davantage pour empêcher les gens de mourir inutilement des maladies cardiaques causées par la pollution de l’air. Il est crucial de souligner que l’évitement individuel des zones polluées n’est pas une solution au problème. Le gouvernement doit prendre des mesures audacieuses pour rendre toutes les zones sûres et protéger la population. »

Mais les risques de nanoparticules ne s’arrêtent pas à la pollution!

Le document indique également clairement que la pollution polluante n’est qu’un risque parmi d’autres pour les nanoparticules environnementales. « Ces résultats ont un intérêt immédiat pour l’industrie de la nanotechnologie, où une gamme variée de nanomatériaux d’ingénierie est développée pour un nombre toujours croissant d’applications« , écrivent les auteurs.

« Le sort des nanoparticules artificielles et l’effet sur la santé à la suite d’une exposition sont en grande partie inconnus, surtout en ce qui concerne le système cardiovasculaire. Ces études utilisent des nanoparticules d’or, une nanoparticule couramment utilisée et qui est en cours de développement pour la thérapeutique clinique. Cependant, la bio-cinétique que nous observons ici pour l’or, peut également s’étendre à d’autres nanomatériaux, y compris ceux ayant une plus grande réactivité de surface. Les différentes classes de nanomatériaux varient considérablement dans leur capacité à provoquer l’inflammation et la cytotoxicité, de sorte qu’il y aura donc des différences marquées dans leur impact sur la santé, tant dans les milieux professionnels que dans la communauté élargie exposée aux nanomatériaux. Bien que les données soient encore relativement peu nombreuses, un certain nombre d’études suggèrent que l’exposition pulmonaire à une gamme de nanoparticules inhalées différentes peut favoriser les maladies cardiovasculaires. Une meilleure compréhension de la manière dont les nanomatériaux traversent les barrières physiologiques, et de leur devenir par la suite, sera essentielle pour permettre une approche sûre pour la conception de nouveaux nanomatériaux. »

 

 

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *