La recherche révèle l’inversion des flux d’émissions en Chine

Partager cet article

Le flux des émissions de carbone de la Chine s’est inversé selon de nouvelles recherches menées par des scientifiques de l’Université d’East Anglia. L’étude estime les répercussions sur le carbone des changements récents dans les modèles de développement économique et le rôle du pays dans le commerce international depuis la crise financière mondiale. Les chercheurs ont constaté que les flux d’émissions ont beaucoup changé dans le commerce intérieur et extérieur. Certaines régions économiquement moins développées telles que le sud-ouest et le nord-est de la Chine sont passées du statut d’exportateur net d’émissions à celui d’importateur net. Ceci est principalement dû à la croissance rapide de la consommation dans l’ouest de la Chine et aux changements dans la structure de production. Les chinois prennent aussi de plus en plus conscience des problèmes engendrés par la pollution en règle général.

Les échanges Sud-Sud ne cessent de croître

En ce qui concerne le commerce extérieur, le rôle de la Chine dans les chaînes d’approvisionnement mondiales a également connu un changement structurel majeur. Les émissions représentées dans les exportations chinoises ont diminué de 2007 à 2012, principalement en raison de changements dans la structure de la production et des gains d’efficacité, tandis que les destinations de ses émissions à l’exportation se déplacent des pays développés vers les pays en développement. Par exemple, les émissions provenant des exportations vers l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale ont diminué de 20 % et 16 % respectivement, tandis que celles des exportations vers l’Amérique latine et les Caraïbes ont augmenté de 33 %. Les auteurs appellent à accorder davantage d’attention aux émissions résultant de l’accroissement des échanges entre pays en développement, en grande partie en raison de l’évolution rapide du commerce Sud-Sud.

Des chercheurs des Ecoles de développement international et des sciences de l’environnement, ainsi que du Tyndall Centre for Climate Change Research de l’UEA ont participé à cette étude, en collaboration avec des collègues internationaux en Chine et aux États-Unis. Les résultats sont publiés aujourd’hui dans Nature Communications.

L’écart de développement entre les provinces chinoises

L’auteur principal, le Dr Zhifu Mi, a déclaré : « Les modèles d’émissions incarnés dans le commerce intérieur et extérieur de la Chine ont changé depuis la récession économique, mais les flux interrégionaux d’émissions de carbone en Chine et au niveau international à l’ère de la crise post-financière n’ont pas été analysés en profondeur. » Cette étude montre ces nouveaux modèles de flux de carbone en Chine et analyse les facteurs internes, ainsi que le nouveau rôle de la Chine dans le commerce mondial, comme en témoignent les flux d’émissions de carbone entre les pays. En Chine, de grandes quantités d’émissions de CO2 liées aux biens et services consommés dans les provinces côtières plus riches de l’est sont importées de provinces plus pauvres du centre et de l’ouest de la Chine. En 2012, environ 50 % des émissions de CO2 en Chine ont été émises lors de la production de biens et services qui ont finalement été consommés dans différentes provinces en Chine ou à l’étranger.

Le co-auteur de l’étude, le professeur Dabo Guan, a déclaré : « De grands déséquilibres dans les émissions de CO2 du commerce intérieur sont le reflet des écarts dans les niveaux de développement économique entre les provinces. » Les flux nets d’émissions des régions occidentales vers les régions orientales de la Chine pourraient encore diminuer en raison de la croissance économique, plus rapide dans les régions occidentales. « La Chine s’efforce d’équilibrer le développement économique entre les provinces et de réduire l’écart entre l’Est et l’Ouest. »

La Chine redirige ses exportations vers les pays du Sud

L’économie mondiale a été marquée par la lenteur de la croissance et du commerce depuis la crise financière. Cependant, pour la période 2010-2012, plus de la moitié des émissions d’exportation de la Chine provenait de la croissance du commerce extérieur vers les pays en développement. Auparavant, les exportations chinoises étaient fortement tributaires de la demande d’importations des économies développées, en particulier des marchés américains et européens. Les auteurs affirment que la trajectoire récente implique que les destinations des émissions étrangères de la Chine se déplaceraient davantage des pays développés vers les pays en développement en raison de son rôle changeant dans le commerce mondial.

Le volume croissant des échanges commerciaux de la Chine avec d’autres pays en développement contribue grandement au développement du commerce Sud-Sud. Elle a augmenté ses investissements dans les économies émergentes, par exemple en Afrique, et a encouragé le commerce avec les pays en développement. Par conséquent, les émissions provenant des exportations chinoises vers ces économies continueront d’augmenter. M. Guan a déclaré : « Au cours des dernières années, de nombreux chercheurs ont démontré que la comptabilité fondée sur la consommation doit être appliquée pour réaffecter les responsabilités de l’atténuation du changement climatique en raison des importants flux nets d’émissions des pays en développement vers les pays développés. La Chine a une contribution dominante à ces flux d’émissions nettes, mais ses exportations vers les pays développés ont diminué. »

Les politiques qui s’attaquent aux fuites de carbone entre pays développés et pays en développement sont moins pertinentes. L’externalisation des émissions de carbone est un problème mondial, non seulement entre les pays développés et les pays en développement, mais de plus en plus entre les pays en développement. Nous devons accorder plus d’attention aux transferts d’émissions de CO2 entre pays en développement en raison du développement rapide du commerce Sud-Sud.

Partager cet article

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *