Introduction à la réinsertion sauvage

Tout le monde parle de reconstruire les forets et réintroduire des espèces en ce moment. Le débat qui l’entoure ébranle le secteur de la conservation et l’intérêt du public pour ce secteur est énorme, avec un mouvement croissant de personnes qui prônent la restauration de nos écosystèmes dégradés. Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment de refaire des travaux? Et comment le feriez-vous si vous aviez des terres?

Un nouveau cours de courte durée au Centre for Alternative Technology (Centre des Technologies Alternatives)- Introduction a la Réintroduction Sauvage – est probablement le premier du genre à offrir une telle introduction pratique à la réintroduction.

Le cours a pour but d’informer les gens sur les principes et les pratiques de base de la reconstruction et de la restauration écologique, et de leur permettre de comprendre comment ils peuvent les appliquer dans leur propre situation – que ce soit sur les terres qu’ils possèdent eux-mêmes ou dans leur région.

Bien qu’ils s’adressent principalement aux personnes ayant accès à la terre, comme les petits propriétaires fonciers, aux personnes travaillant dans le secteur de la conservation qui veulent influencer leur organisation sur la façon dont ils gèrent leurs terres ou parlent de conservation, et aux personnes qui veulent faire en sorte que la reconstruction se fasse dans leur région (par exemple en faisant campagne pour que les terres communes soient reconstruites ou en lançant un projet dirigé par la communauté), bénéficieraient également de ce nouveau cours.

Pendant trois jours en août (4-6 août) le cours a suivi:

  • Qu’est-ce que la reconstruction et pourquoi est-elle nécessaire?
  • Concepts et questions clés tels que les facteurs écologiques (végétation, herbivores, carnivores, etc.), la restauration, la connectivité, l’échelle, les politiques, les règlements et la gouvernance
  • Gestion foncière de base – bétail et pâturage, clôtures, règlements, défis communs
  • Études de cas, avec des visites sur place – ce qui a fonctionné ou non sur le terrain
  • Aspects sociaux plus larges – engagement communautaire, conflits, emploi rural, relations humaines déconnectées de la nature
  • Exercices pratiques – cartographie des opportunités, reconnexion avec la nature, planification d’actions.

Parmi les tuteurs figurent Mick Green et Steve Carver, des écologistes très bien informés de Rewilding Britain et du Wildland Research Institute, ainsi que des contributions vidéo de l’auteur à succès de Feral, George Monbiot, et du propriétaire du Knepp Wildland Project Charlie Burrell.

Le week-end fut animé par l’écrivain et « rewilder » Kara Moses qui anime des cours et organise des événements de reconstruction par ailleurs.

Les paysages  sont restaurés de bien des façons, qu’il s’agisse de réintroductions de la martre d’Amérique et du castor, de projets de rétablissement du balbuzard pêcheur ou de projets ambitieux de restauration à l’échelle du paysage, offrant de nombreuses occasions de voir ce qui se passe sur le terrain.

Ce fut un week-end très intéressant et les prochaines éditions seront annoncées sur le site officiel.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *