Les arbres urbains poussent et meurent plus vite que les ruraux

Partager cet article

Dans une étude récemment publiée, des chercheurs de l’Université technique allemande de Munich démontrent que les arbres urbains peuvent grandir 25% plus vite que leurs cousins de la campagne.

Est-ce une bonne nouvelle ?

Après tout, les arbres qui poussent dans les zones métropolitaines densément peuplées sont très utiles : ils rafraîchissent l’air des polluants nocifs pour la santé, améliorent l’humeur des citadins stressés, fournissent des habitats précieux à la faune urbaine, atténuent le ruissellement des eaux pluviales et rafraîchissent les jungles de béton du monde entier en luttant contre l’effet « îlot » de la chaleur urbaine. Pourquoi le fait que ces travailleurs miracles multitâches prospèrent et croissent à un rythme accéléré serait-il considéré comme mauvais ?

Selon l’étude, publiée dans la revue Scientific Reports, le fait que les arbres urbains poussent plus vite est une conséquence directe du changement climatique, en particulier de l’effet « îlot » de chaleur. Ce phénomène atmosphérique provoqué par des activités humaines se produit lorsqu’une ville est nettement plus chaude par rapport aux zones environnantes. Comme nous l’avons mentionné, les arbres, ainsi que les toits verts et les chaussées peuvent contribuer à réduire considérablement les îlots de chaleur urbains.

Des croissances nettement supérieures à la normale

Dans les îlots de chaleur urbains, des températures plus élevées que la normale stimulent la photosynthèse qui, à son tour, aide les arbres et d’autres formes de végétation à croître plus rapidement. Des chercheurs ont observé que dans certaines villes, des températures supérieures à la normale ont entraîné des saisons de croissance qui durent plus de huit jours de plus que la normale. Bien que les arbres urbains à croissance rapide soient occupés à « séquestrer » le carbone, à absorber les eaux de crue et à soulager la chaleur, ils vieillissent et meurent plus rapidement que les arbres ruraux. Par conséquent, les chercheurs ont constaté que ces arbres vitaux et travailleurs ont besoin d’être remplacés et replantés plus fréquemment. C’est un dilemme arboricole délicat: les températures élevées aident les arbres des villes à s’épanouir, leur permettent de faire ce qu’ils font le mieux, tout en accélérant leur disparition prématurée.

Une tendance qui varie selon les zones climatiques

Pour l’étude, les chercheurs ont analysé 1 400 arbres sains et pour la plupart matures dans 10 villes au climat varié à travers le monde : Munich, Berlin, Paris, Houston, Hanoi, Cape Town, Brisbane, Santiago, Sapporo, et Prince George, une ville du nord de la Colombie-Britannique. L’équipe s’est concentrée sur les essences d’arbres prédominantes que l’on trouve en abondance tant dans les centres urbains que dans les zones rurales adjacentes.

Les chercheurs ont conclu que non seulement les arbres des villes poussent plus vite que leurs frères ruraux, mais qu’ils poussent en mode « turbocompressé » depuis les années 1960 en raison du changement climatique. Avant les années 1960, les arbres urbains et ruraux poussaient à peu près au même rythme. En général, les arbres urbains et ruraux ont connu une croissance plus rapide au cours des dernières décennies ; dans la plupart des cas, les premiers poussent plus rapidement en raison de l’effet « îlot » thermique urbain.

« Bien que les effets du changement climatique sur la croissance des arbres dans les forêts aient fait l’objet d’études approfondies, les arbres urbains sont très peu documentés à ce jour », explique l’auteur principal Hanz Pretzch. « Nous pouvons montrer que les arbres urbains du même âge sont en moyenne plus gros que les arbres ruraux parce que les arbres urbains poussent plus vite. Alors que la différence s’élève à environ un quart à 50 ans, elle est encore d’un peu moins de 20% à 100 ans. »

Quelques exceptions intéressantes

Dans les zones climatiques méditerranéennes, Pretzch et ses collègues ont appris que les arbres urbains et ruraux poussaient à peu près au même rythme avant et après les années 1960. La tendance générale ne s’appliquait pas non plus aux villes européennes tempérées. En fait, la croissance des arbres urbains était quelque peu retardée par rapport aux arbres ruraux dans ces régions, probablement en raison de facteurs tels que la mauvaise qualité du sol. Dans les villes chaudes aux climats subtropicaux comme Brisbane et Hanoi, les arbres de la ville ont connu une croissance plus rapide avant les années 1960, mais ont ralenti depuis.

Bien que les résultats varient d’une zone climatique à l’autre, les chercheurs concluent que, même s’ils ne sont pas exactement en péril, les arbres urbains devraient être traités avec plus de soin et de considération en raison du processus accéléré du vieillissement. « Afin de soutenir l’infrastructure urbaine verte, la planification et la gestion doivent s’adapter à ce taux de croissance changeant des arbres », conclut l’étude en soulignant les précieux « services écosystémiques » que fournissent les arbres urbains.

M. Pretzch et son équipe ont entrepris de réaliser l’étude en grande partie en réponse aux estimations des Nations Unies selon lesquelles les villes du monde, dont un grand nombre sont déjà en pleine effervescence, connaîtront une croissance démographique de plus de 60% d’ici 2030. Et avec une urbanisation si rapide, il y a un besoin urgent de la richesse et de la verdure pour booster la qualité de vie.

Partager cet article

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *