L’acidification des océans, c’est quoi?

L’acidification des océans se produit lorsque le dioxyde de carbone dissous mène des interactions chimiques dans les océans de notre planète, entraînant une augmentation des ions hydrogène et une diminution du pH tout en diminuant les minéraux carbonatés. Ce mécanisme s’est révélé délétère pour diverses espèces, car elles ont besoin de composés calcaires tels que les carbonates de calcium ou de magnésium comme éléments constitutifs de leurs coquilles/squelettes, qui deviennent plus durs à obtenir à mesure que les ressources disponibles dans la colonne d’eau diminuent.

Depuis la révolution industrielle, les mers du globe ont absorbé plus d’un quart du CO2 émis par les combustibles fossiles. Les scientifiques commencent à voir les répercussions de l’acidification croissante des océans. Si ces changements se poursuivent, ils auront un effet néfaste sur la vie dans les océans et sur les populations qui dépendent de ces ressources, ce qui pourrait entraîner des catastrophes environnementales dans le monde entier.

Quels sont les facteurs qui contribuent à l’acidification des océans ?

Les ions d’hydrogène produits dans l’eau en raison de la dissolution du dioxyde de carbone représentent un grave danger pour les coraux, les palourdes et d’autres organismes marins. En effet, une diminution de la quantité de CO3- accessible rend plus difficile pour ces animaux la construction de leur coquille ou squelette de CaCO3. D’ici la fin du siècle, on prévoit que le pH aura diminué de 0,4 unité si les émissions mondiales se poursuivent au rythme actuel. Il en résulte une augmentation de l’acidité et de la corrosion des océans. L’océan est désormais beaucoup plus acide qu’il ne l’a jamais été, ce qui pourrait sonner le glas de la vie marine.

Qu’arrive-t-il aux coraux et aux autres espèces marines à la suite de l’acidification des océans ?

De nombreuses créatures marines, telles que les animaux des récifs coralliens et d’autres formes de vie marine, sont menacées par l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans notre atmosphère.

Les mers ont absorbé plus de CO2 que jamais, ce qui a entraîné une augmentation de l’acidité (et de la dissolution). Ces changements ont un effet néfaste sur la capacité de nombreuses espèces à vivre, car leur squelette de calcium se désintègre lorsqu’il est exposé à une acidité excessive pendant une longue période.

Les coccolithophores sont de petits organismes ressemblant à des plantes qui se développent au sommet des mers du globe. Lorsque ces algues calcifiantes meurent et que leurs coccolithes descendent au fond, elles déposent du carbone, ce qui est nécessaire au bon fonctionnement du cycle climatique mondial. L’augmentation du dioxyde de carbone a favorisé les coccolithophores car leur système photosynthétique n’était pas encore saturé en CO2, ce qui a entraîné une augmentation de leur taux de croissance.

Les scientifiques sont arrivés à la conclusion que la seule option pour la survie des coccolithophores et autres calcifiants était d’augmenter leur taux de croissance. Toutefois, des études indiquent que si les niveaux de dioxyde de carbone atteignent un certain niveau, la croissance cessera en raison de l’énergie nécessaire pour créer du calcium.

Quel est l’effet de l’acidification des océans sur l’homme ?

Ces animaux constituent ce que l’on appelle une espèce fondamentale. Ils fournissent l’écosystème dans lequel les autres êtres vivants peuvent survivre, et lorsqu’ils se déplacent ou changent, tout le monde est affecté. Les coraux peuvent être particulièrement bénéfiques aux pays sous-développés, car de nombreuses petites nations côtières dépendent des récifs coralliens pour leur alimentation et leurs revenus touristiques. En outre, l’existence de ces coraux protège les littoraux des ondes de tempête, et à mesure que ces récifs s’érodent, cette protection diminue également.

L’eau s’acidifie rapidement en raison de l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone. Les conséquences seront inégales, certains endroits et certaines créatures seront touchés de manière disproportionnée. Les zones côtières ont déjà commencé à ressentir les effets négatifs de ce phénomène, qui se traduisent notamment par une diminution du taux de calcification des huîtres et du taux de croissance du phytoplancton, ce qui entraîne un déclin des stocks de poissons dont la survie dépend de ces espèces (euthydemus). Les courants d’upwelling transportent de l’eau plus froide des profondeurs des mers vers les habitats côtiers, introduisant un autre facteur de stress.

L’acidification a un effet néfaste non seulement sur le secteur florissant des mollusques et crustacés dans le nord-ouest du Pacifique, mais aussi sur les millions de pêcheurs de la région et leurs familles.

Les exploitations ostréicoles de cette région ont été gravement touchées, car des milliards de larves se sont dissoutes à cause de l’acidité, ce qui a entraîné d’importantes pertes de production. Il a été démontré que l’acidité a un impact négatif sur les ptéropodes, de petits mollusques qui servent de nourriture aux jeunes saumons et que les coquilles se désintègrent et ne sont plus que des cocons avant d’atteindre la maturité.

L’acidification des océans aura un effet sur tout le monde. La mauvaise nouvelle, c’est qu’à mesure que les émissions mondiales de carbone augmentent, les mers s’acidifient. À l’heure actuelle, l’atmosphère de notre planète contient 420 parties par million de CO2. Si nous ne réduisons pas les émissions et les laissons continuer à se développer au-delà de leur seuil, il ne restera plus grand-chose pour les écosystèmes incapables de s’adapter à l’évolution de leur environnement.